Qu'est-ce qu'une obligation (titre financier) ?

En résumé

Sommaire

  • Titre 1
  • Titre 2
  • Titre 3

Un peu d'histoire : une obligation est une reconnasisance de dette

Historiquement, les obligations étaient représentées par un certificat en papier, souvent joliment décoré, qui représentait une reconnaissance de dette envers une entreprise ou un Etat. Quiconque détenait ce morceau de papier pouvait, à la date d'échéance inscrite, aller voir l'émetteur (l'emprunteur) et demander remboursement de la valeur indiquée. Vous pouvez encore trouver des anciennes obligations (sans valeur) dans les brocantes ou dans les boutiques spécialisées. C'est un bon moyen de toucher du doigts la réalité d'une obligation.

Bien entendu, vous n'obtenez remboursement que si l'émetteur de l'obligation est solvable à l'échéance. Sinon l'obligation finit sans valeur.

Les obligations versent aussi des coupons. Le terme "coupon" vient du petit morceau de papier qui était à détacher pour obtenir le paiement d'un intérêt.

Les obligations aujourd'hui : le plus gros marché du monde !

Lorsqu'on pense "investir en bourse", on pense généralement aux actions et peu aux obligations. Cependant, les obligations sont un marché bien plus important que les actions grâce aux dettes souveraines (obligations émises par les Etats).

Mais paradoxalement, il est plus difficile d’en acheter que les actions. Elles sont moins médiatisés, et les banques en lignes les proposent moins facilement, car moins rentables pour eux.

Les obligations s’achètent en bourse, comme des actions. Elles ont leurs propres marchés financiers. On peut les acheter dès l'émission (lorsque l'entreprise vend des obligations pour lever des fonds) mais on les achète le plus souvent sur le marché secondaire : le marché des obligations déjà émises. On les achète en cours de vie, et on peut aussi les revendre sans attendre la maturité.

Qui sont les émetteurs d'obligations ?

Les emprunteurs (émetteurs des obligations) peuvent être aussi bien publics (Etats, collectivités, régions, Union Européenne…) que privés (banques, entreprises industrielles et commerciales…).

Les obligations sont loin d'être un marché homogène : il en existe de toutes maturités (de 1 jours à un siècle, voire plus), de toutes caractéristiques (taux fixe, taux variable, taux complexes...) et émises par des entités de tous types, des plus sûres (Etats) aux plus risquées (entreprises en difficulté) en passant par les grandes entreprises que vous connaissez déjà, et dont vous possédez peut-être déjà des actions.

Pourquoi acheter des obligations ?

On considère généralement qu'un portefeuille boursier ou qu'un patrimoine bien équilibré comporte à la fois des actions et des obligations. Les obligations sont vues comme plus sûres (moins volatiles) que les actions. Idéalement, elles montent pendant que les actions baissent, ce qui permet de diminuer la volatilité d'un portefeuille. Mais leur intérêt n'est pas uniquement là ! Elles sont aussi un véritable moteur de performance, et un viver d'opportunités pour investisseurs curieux.

Qui sont les acheteurs d'obligations ?

Les obligations sont surtout achetées par des institutionnels (banques, caisses de retraite, mutuelles…) pour répondre à leurs besoins spéficiques. Si vous avez une assurance-vie avec un fonds en euros, vous détenez indirectement des obligations !

Cependant, les particuliers peuvent aussi acheter des obligations, en direct ou via des fonds et ETF.

Grâce à la hausse des taux directeurs pilotée par les banques centrales pour contrer l’inflation, les obligations redeviennent intéressantes.

En parallèle, certains courtiers en ligne comme Trade Republic commencent à démocratiser les obligations en faisant sauter les minimums d’achat, ce qui permet aux particuliers d’y accéder bien plus facilement.

Il est donc temps de s’y intéresser !

(ce lien Trade Republic vous donne droit à un bonus à l’ouverture, ou précisez le code parrainage mnjgjsdr pour en profiter)

Obligations et actions : quelles différences ?

Les actions représentent une part de capital

Le capital d’une entreprise est divisé en actions. Par exemple, le capital de LVMH est divisé en près de 500 000 000 actions. Achter une action vous permet donc de posséder une (petite !) partie de l’entreprise. Cela vous donne droit à différents droits : le droit de vote en assemblée générale, et le droit de percevoir un dividende notamment.

Etre actionnaire, c’est un peu comme être dans une copropriété : vous possédez collectivement l’entrprise.

Les obligations sont un titre de dette

Détenir des obligations, c’est être créancier de l’entreprise. Vous n’êtes pas dans l’entreprise, vous êtes extérieur à celle-ci, un peu comme un fournisseur.

La dette obligataire est représentée par des titres financiers, qui peuvent s’échanger en bourse : les obligations. Acheter une obligation, c’est donc acheter un titre de dette qui donne droit à des intérêts et à un remboursement au terme convenu.

Le porteur d’obligation est donc un créancier : il a prêté de l’argent à l’entreprise. C’est un tiers extérieur à l’entreprise, un peu comme le bailleur à qui ont doit payer un loyer. Mais les obligations sont des titres au porteur : il est possible de les revendre. C’est celui qui possède le titre qui touche les intérêts, pas forcément celui qui a prêté l’argent à l’origine.

Le créancier obligataire a un intérêt à ce que l’entreprise propsère, mais il souhaite surtout qu’elle soit solvable pour pouvoir le rembourser. Le fait qu’elle fasse beaucoup de bénéfices l’intéresse assez peu, puisque sa rémunération n’évoluera pas en conséquence.

Les obligations sont généralement considérées comme moins risquées que les actions, car elles ont une échéance connue, des intérêts connus, et que les paiements passent avant ceux des actionnaires.

Pourquoi les entreprises émettent des obligations ?

Une entreprise peut aussi avoir des dettes. Ce n’est pas forcément mauvais : la dette est moyen de se financer qui éviter la dilution des actionnaires. Recourir à la dette est donc une bonne décision financière (évidemment, tout est affaire de mesure !).

Dette bancaire ou dette obligataire ?

Pourquoi les entreprises ne vont-elles pas simplement à leur banque pour emprunter de l’argent ?

Pour des raisons de diversification des risques, les grandes entreprises ne peuvent pas emprunter la totalité de leurs besoins auprès de la même banque. Et parfois, elles ont plutôt intérêt à émettre des obligations qu’à aller voir leur banquier, car le taux sera moins cher.

C’est souvent le cas lorsque leur marque est réputée, lorsqu’elles sont cotées en bourse, et qu’elles sont considérées comme fiables.

Cela arrange aussi les banquiers. En effet, pour les banques en général, il est parfois plus rentable d’organiser les émissions obligataires (accompagner les entreprises qui émettent des obligations et toucher les commissions d’origination) que de prêter elles-mêmes. La tendance est à alléger les bilans (réduire les prêts) pour se concentrer sur ce qui marge rapidement et sans trop de risque.

Côté investisseur, une bonne gestion de portefeuille passe par la diversification : il faut des actions et des obligations.

Ce site est 100% consacré aux obligations !