Le fonds en euros comme allocation obligataire ?

En résumé

Sommaire

Le fonds en euros, c’est quoi ?

Le fonds en euros est un compartiment disponible aux épargnants en assurances-vie en France.

C’est un placement non risqué, géré par l’assureur, qui verse un rendement annuel plutôt stable et régulier. Il ne présente aucun risque en capital.

De quoi se compose-t-il ?

Le portefeuille contient majoritairement des obligations, mais souvent des actifs de diversification qui permettent à l’assureur de rechercher davantage de performance : immobilier, produits structurés, actions…

Le fonds en euros a un statut un petit peu particulier. Il est adossé à un portefeuille géré par l’assureur, mais n’est pas soumis à la volatilité de ce portefeuille. Autrement dit, seuls les revenus du portefeuille sont pris en compte. Les plus-values et moins-values sont cachées pour l’investisseur (dans une certaine mesure, car elles partent dans les réserves).

Imaginons la situation suivante :

  • Un fonds en euros acquiert des obligations à 6%
  • Les taux baissent à 2%
  • Les obligations acquisent voient leur cours s’envoler de manière à fournir un rendement actuariel de 2%
  • Mais le fonds en euros n’est pas une obligation. Les obligations sous-jacentes ont augmenté de prix, mais les investisseurs peuvent toujours verser sur le fonds en euros et profiter des rendements de 6%.

C’est un exemple très exagéré, il existe de nombreux autres mécanismes en jeu, mais il met en avant la caractéristique principale du fonds en euros : on achète les revenus d’un portefeuille qui peut être déconnecté du prix que l’on paye.

Soit plus élevé, comme dans notre cas.

Soit plus bas, comme dans le cas inverse (fonds en euros plombé par des obligations à taux faible alors que les taux ont remonté fortement).

Quel rendement ?

Le rendement du fonds en euros évolue selon le contenu du portefeuille et la politique de distribution de l’assureur.

Le site Tout sur mes Finances propose un historique calculé maison du rendement moyen des fonds en euros. On constate que la performance est très lissée et qu’elle a su-dans le temps, se maintenir au-dessus de celle du Livret A.

Le mécanisme des réserves

La performance distribuée au titre d’une année n’est pas uniquement égale à la performance de l’actif de l’assureurs (intérêt des obligations, loyers obligataires, dividendes des actions). Il existe aussi un mécanisme de réserves qui permet à l’assureur de conserver une part de la performance pour la distribuer plus tard, lorsque les marchés seront plus difficiles. L’assureur joue le rôle de pilote de la performance, et cherche à la lisser. Cela peut être frustrant pour l’investisseur, car il est fréquent que les réserves soient reportées ad vitam aeternam.

Les contraintes

Malheureusement le fonds en euros est un produit opaque. Un même assureur, distribué par plusieurs courtiers, distributera des rémunérations différentes selon les courtiers. Pire : un même courtier aura des rémunérations différentes selon les contrats.

Les assureurs créent de multiples fonds en euros adaptés à leur réseau de distribution, et jouent à des jeux d’allocation pas toujours en faveur des épargnants pour répartir la performance du portefeuille.

En outre, l’accès aux meilleurs fonds en euros est souvent soumis à la soucription d’unités de compte, présentant un risque de perte en capital et surtout plus rémunératrices pour l’assureur et les courtiers.

Le fonds en euros peut-il remplacer une allocation obligataire ?

Oui et non.

Oui, car il peut tout à fait jouer le rôle d’actif sécurisé dans un patrimoine.

Mais non, car il ne bénéficiera pas de la dynamique et du potentiel du marché obligataire. Il est constitué d’obligations (majoritairement) mais n’a pas le même profil de risque que les obligations : on est plus proche du Livret A (rémunération annuelle sans risque) et que d’un produit de marché.

Il est par exemple impossible de :

  • tirer profit d’une baisse des taux
  • tirer profit du « flight to quality », phénomène qui tent à faire monter les obligations lorsque les actions baisse, et réduit donc la volatilité d’un portefeuille
  • connaître combien on va toucher chaque année, et donc se créer une rente…

Cependant, compte tenu de la médiocrité des fonds obligataires en assurance-vie et des frais sur unités de compte on peut se demander si le fonds en euros n’est pas une bonne solution. Une chose est sûre : il est particulièrement utile pour sécuriser un capital en période de taux bas.