En résumé

Sommaire

Le fonctionnement des obligations zéro coupon

Comme leur nom l'indique, elles ne versent aucun coupon. Mais elles ont une valeur de remboursement connue, à une date connue dans le futur.

L'intérêt pour l'investisseur : la décote par rapport au pair

Comme on l'a vu dans l'article sur les obligations à taux fixe, plus le taux facial d'une obligation est éloigné des taux en vigueur sur le marché, plus son cours sera éloigné de sa valeur de remboursement.

Par conséquent, une obligation zéro coupon se traitera toujours (sauf taux négatifs) sous le pair... Et ce d'autant plus bas que les taux de marché sont élevés.

L'intérêt pour l'investisseur ? Acheter un titre à 60, en ayant la garantie qu'il sera remboursé 100 à une date connue. L'écart entre le prix d'achat et le prix de remboursement crée le rendement. Il n'y a pas de coupons, mais une plus-value. C'est l'inverse d'une obligation classique à taux fixe, où il n'y a pas de plus-value mais que des coupons.

Un exemple

Pour l'investisseur, le rendement n'est pas obtenu grâce aux coupons, mais grâce à la plus-value « mécanique » réalisée lors de la convergence vers le pair.

Prenons un exemple : une obligation 0% mais qui assure un remboursement de 1 000 € à une date fixée par exemple le 12 octobre 2050.

Étant donné que l'obligation ne paie aucun coupon, elle se traite avec une décote sur sa valeur nominale. Ainsi, l'obligation en question peut s'acheter aujourd'hui, mettons à 20% du pair. On paye 200 € aujourd'hui, et on sera remboursé de 1 000 € dans 27 ans : on multiplie son capital par 5 en 28 ans (OK, c'est un exemple).

Évidemment, elles sont très sensibles à l'inflation (qui peut avoir confiance dans son pouvoir d'achat de dans 27 ans ?) : si l'inflation augmente, les investisseurs sont moins enclins à payer cher pour immobiliser leur capital aussi longtemps, et leur cours baisse.

Elles sont également très sensibles aux taux d'intérêt. Dans tout l'univers des placements, c'est le produit financier le plus sensible aux taux (hors produits à effet de levier) !

On peut estimer « à la louche » que 1% de variation de taux les fait décaler de n%, où n est le nombre d'années qu'il leur reste à vivre (voir aussi : duration et sensibilité). Elles évoluent à l'inverse des taux.

Les obligations zéro coupon sont un excellent moyen de parier sur une baisse des taux, et leur ennemi majeur est l'inflation. En effet, même si l'on est certain que le cours converge tant bien que mal vers la valeur de remboursement à échéance, on n'a aucune certitude sur le pouvoir d'achat que représentera cette somme en 2050.

Les obligations zéro coupon font partie des obligations qui ont le risque de taux le plus élevé. Autrement dit, si les taux baissent elles font des étincelles, si les taux montent, elles chutent fortement.

Obligations à taux zéro et démembrement

En réalité, peu d'émetteurs émettent des obligations à taux zéro. Le risque est bien trop élevé pour les investisseurs, qui subissent à la fois la sensibilité maximale aux taux, et qui n'ont aucun flux intermédiaire pour patienter.

Les obligations à taux 0 sont majoritairement créées par démembrement de dette publique. L'Agence France Trésor le pratique régulièrement. Cette opération consiste à séparer juridiquement une obligation d'État en deux :

  • les coupons d'un côté, individuellement (1 coupon devient une mini-obligation)
  • le capital de l'autre

Ainsi, on fait naître une myriade d'obligations zéro coupon, utile pour les besoins des investisseurs.

C'est de l'ingénierie financière saine : c'est simplement un moyen d'adapter un produit (les obligations) à la demande des investisseurs, afin de financer l'État à moindre coût.

Obligations zéro coupon et produits structurés

Les obligations zéro coupon sont la matière première de nombreux produits structurés, car elles sont idéales pour offrir une garantie de capital à l'investisseur.

Si on trouve aujourd'hui des obligations zéro coupon à 80% qui remboursent 100% dans 10 ans, alors il est possible de créer un produit à capital garanti.

Pour 1000 € versés par l'investisseur:

  • le gérant achète 800 € d'obligations à zéro coupon, qu'il conservera à échéance
  • le gérant achète aussi 200 € d'actifs plus risqués (options, actions, etc.) qui serviront à créer la performance.

Dans le pire des cas, les actifs de performance valent 0 à terme, mais le capital de 1000 € est garanti à terme grâce au remboursement de l'obligation zéro coupon.

En pratique, dans tous les produits structurés, l'obligation n'est pas achetée sur le marché, mais émise par la banque promotrice du produit structuré uniquement pour ce produit.